Iceberg

Crève l’oseille et vive la joie !

Mardi 24 janvier, l’équipe d’Iceberg s’est rendu à la Maison Pour Tous Monplaisir pour assister à la représentation de Crève l’oseille et vive la joie, une comédie de Stéphane Jaubertie. La compagnie « Les Trois T » reprend l’histoire de Guignol à sa manière, décolle les étiquettes et joue pour « tous les publics ».

« Travailler moins pour gagner plus! » dit Guignol

Au début, deux marionnettes : un patron de chantier et un employé sans papier, qui demande à son supérieur une augmentation. Nous sommes immédiatement plongés dans l’univers, avec ces marionnettes en bois qui se donnent des coups de bâtons, comme lors des spectacles de Guignol de notre enfance. Puis, trois comédiens arrivent alors sur scène, et interagissent avec les marionnettes. Ce ne sont autres que Guignol, accompagné de ses acolytes Gnafron et Bubu. Ces derniers vont se lancer dans une folle aventure de commerce illicite après avoir démissionné du chantier sans aucun plan B.

« On ne vaut que ce que l’on possède » dit Guignol

Le texte reprend ainsi le personnage populaire de Guignol, mais Stéphane Jaubertie repart de l’origine du personnage: C’est l’ouvrier lyonnais Laurent Mourguet qui inventa cette marionnette vers 1805 et va vite devenir le porte parole des ouvriers de la soie (Les canuts). L’auteur crée une famille à Guignol : il lui donne un frère, « la Brumeuse », silhouette mafieuse régnant sur la partie sombre de Lyon, et un neveu. Son cousin italien est aussi également de la partie, ainsi que ses deux amis Gnafron et Bubu. Guignol n’est plus qu’une simple marionnette, il est impliqué, raisonne et a un coeur.

La complexité du jargon lyonnais

« Vous ensauvagez pas, M’sieur La Brumeuse! C’est l’émotion rapport à vous revoir, qui lui cause la conscientisation des mémoires olfactives en plein dans la figure d’un père parti trop tôt vers l’absence » dit Gnafron à La Brumeuse. Dans cette pièce, les personnages n’ont pas la langue dans leur poche. La pièce s’ancre dans un Lyon fantasmé, ce qui permet à l’auteur de mélanger le parler lyonnais à sa propre fantaisie. Ce langage donne un côté attachant et drôle aux personnages, nous emportant avec eux dans un monde fait de simplicité et sans artifice. On rit des personnages pour mieux les aimer.

Guignol, une fenêtre sur la société

Stéphane Jaubertie s’amuse ainsi à reprendre l’histoire de Guignol pour parler de notre société. Crève l’oseille et vive la joie est une farce sociale, accessible à tous. Appréciable à différents niveaux de lecture, elle touche autant les adultes (le travail clandestin, le trafic de drogue, l’argent, la solidarité…) que les moins grands ! En définitive, on a beaucoup aimé la version de la Cie Les 3 T qui nous emporte avec enthousiasme et jeux adéquats dans une histoire vieille comme le monde !

Par Chloé Coruzzi

L'iceberg
UCO Angers
49100
Adresse mail
humanites2017@gmail.com

Réseaux sociaux

@Iceberg_mag